DISCOURS DE MAITRE RICHARD ZELMATI

Chers amis,

Nous sommes rassemblés ce soir à Lyon pour rendre hommage aux victimes de l’attaque sans précédent menée contre Israël et son peuple samedi dernier, au cours du chabbat et alors que les juifs célébraient la fête de Simhat Torah.

Terrible constat ! Il n’y a jamais eu autant de juifs tués en une seule journée, depuis la Shoah.

1000 personnes assassinées, dont 4 français

2616 blessés,

153 disparus, pris en otages, dont 13 français et parmi eux un jeune garçon prénommé Eitan, âgé de 12 ans

Et, nous venons de l’apprendre : 40 bébés ont été assassinés  à Kfar Aza, dont certains décapités.

Les terroristes islamistes qui ont commis ces crimes, ces assassinats, ces massacres, ces enlèvements, ces viols, ne poursuivaient aucun objectif militaire ou stratégique.

Les terroristes du HAMAS ne poursuivaient qu’un seul but : la terreur, les bras armés par leur antisémitisme et la volonté de détruire moralement l’Etat d’Israël.

Ce qu’ils voulaient, c’était “tuer du juif”.

Les scènes atroces qui se sont déroulées samedi en Israël sous les yeux du monde portent un nom. Ce sont ni plus ni moins que des pogroms, symbole d’une sauvagerie antisémite que l’on avait crue, à jamais, reléguée dans les limbes de l’Histoire.

Si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est pour dire une chose simple : nous n’acceptons pas et nous n’accepterons jamais, en Israël comme ailleurs, le retour des pogroms et de la haine antisémite.

Nous n’acceptons pas et nous n’accepterons jamais, la destruction de l’Etat d’Israël, né de la nécessité de donner au peuple juif une terre pour vivre, en paix et en liberté.

  • la fraternité universelle devrait conduire chaque femme, chaque homme, normalement constitués, à dire son horreur devant les crimes perpétrés en Israël et à hurler sa solidarité avec les victimes.
  • la fraternité universelle devrait conduire tous les pays et le pays des lumières, à porter hautes les couleurs de la défense de la dignité humaine, aujourd’hui ensanglantée par la terreur islamiste

La France ne doit pas cesser d’être ce phare qui, durant l’entre-deux guerres, a servi à ces milliers de juifs perdus dans l’exil et égarés dans toute l’Europe à cause d’un antisémitisme fanatique.

Si nous sommes accablés par les cadavres qui jonchent la terre d’Israël, par les otages enlevés par le Hamas, par les disparus que les familles cherchent désespérément, nous sommes pourtant là, réunis à Lyon, pour témoigner à la population israélienne notre soutien inconditionnel.

Nous sommes là, aussi pour dire que nous ne nous résignerons jamais.

Nous sommes prêts et déterminés à mener la bataille politique, culturelle et morale, qu’il faut livrer en France, mais également à Lyon.

  • Nous ne nous résignerons pas devant les forces politiques qui refusent de condamner ce crime et, pire encore, renversent les rôles entre victimes et bourreaux.
  • Nous ne nous résignerons pas devant ces députés qui ont sombré dans l’apologie du terrorisme antisémite.
  • Nous ne nous résignerons jamais devant ceux qui veulent faire de nos grandes villes, les capitales de la haine des juifs.
  • Nous ne nous résignerons jamais devant ces universités qui ouvrent les portes de leurs amphithéâtres à des soutiens patentés de la haine des juifs;
  • Nous ne nous résignerons jamais devant ces élus qui souillent leurs écharpes tricolores en allant applaudir les ambassadeurs de l’antisémitisme et les promoteurs de la destructeur d’Israël.

Vous le savez :

  • Toujours, l’ensauvagement des mots prépare et précède l’ensauvagement des actes !
  • Toujours, les petits crimes préparent de grands crimes !
  • Toujours le peuple juif a été la cible continue d’un acharnement, d’une haine perpétuelle et d’une obsession exterminatrice.

Nous le savons à Lyon,, nous le savons trop bien, et pour ne citer qu’eux, les suppliciés de la Rue Sainte Catherine, ou les enfants raflés à Izieu, nous le rappellent avec une infinie douleur.

Mais toujours, sur la route des fossoyeurs de la communauté juive, il y aura, comme ce soir à Lyon, des femmes et des hommes libres pour dire la liberté, pour dire l’égalité, pour dire la fraternité, et pour renvoyer l’antisémitisme dans la cage d’où il n’aurait jamais dû sortir.

Rappelons nous la prémonition de Jean-Paul Sartre, je cite : “Pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif en France, et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie” (“Réflexions sur la question juive” 1946)

 

**********

********

Les antisémites s’obstinent depuis des siècles à essentialiser le peuple juif jusqu’à la caricature et même jusqu’à la nausée.

Qu’ils sachent pourtant, qu’il y a une qualité essentielle et unique qui habite notre peuple, elle est si évidente qu’ils n’ont toujours pas réussi à la cerner :

C’EST NOTRE RESILIENCE et NOTRE INSTINCT de SURVIE, venu du FOND des AGES et qui a exclu le mot RESIGNATION de NOTRE VOCABULAIRE.

 

Je vous remercie

Vive la République, vive la France et vive Israël !